IMG-20201216-WA0008

 SAVIEZ-VOUS ?

Ville à vocation touristique et riche d'une culture plurielle, Ouidah, terre des 41 divinités, est aussi le lieu d'expression du Vodoun à travers des créatures terrestres. Le Temple des Pythons, "Dangbéhouè" en langue locale fon, est un sanctuaire Vodoun où le serpent Pythons est adoré. Situé en face de l'église catholique Basilique Notre-Dame de l'Immaculée Conception, le Temple accueille des milliers de visiteurs chaque année. Animal sacré, le Python est la divinité tutélaire des fils et filles de Ouidah parce qu'il protégeait l'agriculture et sauvait le royaume #Houédah contre les invasions de l'ennemi. Rappelons que les #Houédah étaient les premiers habitants de Ouidah et sont reconnus officiellement par des scarifications (cicatrices raciales) sur le visage. Deux sur le front, deux de chaque côté et deux sur les joues (2 × 5 = 10). Et c'est bien sûr par rapport au Python que les adeptes aussi ont des scarifications pour prouver qu'ils sont des Dangbévi. Le Python a donc plusieurs fois sauvé la vie du Roi contre les envahisseurs du royaume d'Abomey. Parce qu'à chaque fois que les ennemis d'Abomey venaient attaquer le petit royaume Houédah qui était quand même assez riche et prospère, les Pythons sortaient de partout. Et donc, croyant que c'était des serpents dangereux, ils jetaient leurs armes et prenaient fuite. "Vodoun dagbé, le serpent qui nous a sauvé la vie".

Au Temple des Pythons de Ouidah, c'est le Python Royal qui est vénéré. Il est différent du boa à bien des égards. Scientifiquement, il est prouvé que le Python Royal est inoffensif. Il n'a pas de dent, n'a pas de venin et du coup, il ne mord pas. C'est donc le Python Royal qui est vénéré au temple des Pythons de Ouidah. Par contre, l'autre espèce c'est le boa. Il fait 7 à 10 mètres et est très dangereux. Il convient de souligner que la femelle du Python est appelé "Dangbé-drè" et est un peu plus grosse que le mâle qui est appelé "Dangbé-Kpohoun".

Le Temple comprend un accueil, un bâtiment de forme ronde à l'entrée et un autre bâtiment en forme de cône tronqué qui abrite les Pythons. On y trouve également la représentation du dieu Ogou, une jarre de purification appelé "zingbin" et un Iroko sacré de plus de 4 siècles. Les rituels au sein du Temple se font autour de cet Iroko.

Le Python est un totem pour les habitants de Ouidah. La sacralité de l'animal fait que sa mort est soumise à des rituels dignes d'une cérémonie mortuaire. Le Python peut mourir par vieillesse, par maladie et beaucoup plus par accident de nos jours. Et souvent quand un Python meurt, il est enterré bien évidemment avec des cérémonies. Au Temple des Pythons de Ouidah, il existe un prêtre Vodoun qui s'occupe véritablement de cet enterrement. Jadis, le Temple était une forêt. Mais aujourd'hui, avec la modernité et l'urbanisation, il y a des constructions autour du Temple. Cela n'empêche pas qu'on fasse sortir les Pythons tous les soirs pour qu'ils aillent chercher de quoi se nourrir dans les maisons environnantes (Ce n'est pas une légende. C'est ainsi depuis des siècles.) parce qu'en réalité au niveau du Temple, on ne leur donne pas à manger. On leur ouvre la porte les soirs et ils s'évadent. Au cas où ils ne reviennent pas, les gens qui les retrouvent, les ramènent avec joie au Temple. Parce que c'est une divinité sacrée de la ville. Il faut préciser qu'aujourd'hui, les dignitaires du Temple ont initié des vétérinaires qui viennent et soignent les Pythons en cas de maladie. On associe donc la modernité à la tradition et cela se passe parfaitement bien.

Il est important de préciser que le Temple des Pythons est avant tout un patrimoine familial. Trois familles de Ouidah sont les grands dignitaires et responsables du culte au Temple. Il s'agit des familles AGBO ATAKPALOKO, ADJOVI et ZOSSOUNGBO. À eux, sont associés des prêtres Vodoun comme le Dah DANGBÉNON, le Dah DEH, le Dah GBEDJINON et le Dah KPOHOUNNON qui officient au Temple dans toutes les cérémonies.